L’association : une entreprise comme les autres ?

Lettre nº 8

L’association : une entreprise comme les autres ?

Un jour, dans le même train, deux personnes m’ont abordée. La première : «Etes-vous infirmière ? » L’autre : « Vous, vous êtes une femme d’affaires ! ».

Ni l’un, ni l’autre, mon général. L’un et l’autre.

Environ 700 000 associations en France. 900 000 emplois. Mais trop d’interlocuteurs - grand public, partenaires, bénévoles, journalistes - ne savent pas à qui ils ont affaire en s’adressant à nous. Qui sont donc ces associations à qui on demande tant ?

Une association est une entreprise, avec ses contraintes professionnelles.

Même si le service qu’elle rend est parfois gratuit, même si elle l’assure avec les subv entions de parte naires publics ou privés, une ass oc iation est une entreprise, un acteur de la vie économique, qui effectue à sa manière un acte de vente. Seule particularité financière : ses bénéfices, si elle en fait, ne sont pas distribués à des actionnaires.

Inscrite dans un climat de concurrence qui nécessite une veille permanente, une association est mise en demeure d’inventer, d’innover avec réactivité et souplesse, de saisir les opportunités au vol. Pour elle aussi, c’est le terrain qui tranchera.

Même marginal, le risque d’exploitation des associations par les entreprises existe. L’association doit passer des conventions avec tous ses partenaires, qui stipulent une garantie de respect des engagements de chacun, la régularité des relations, dans un climat de parité . El le doit veiller à ce qu’aucun partenaire ne vienne grever son indépendance.

Rigueur logistique et financière sont pour elle obligatoires. Ni temps perdu, ni frais inutiles. Sa croissance doit par ailleurs rester maîtrisée. L’association est un employeur qui gère des équipes, un réseau de compétences complémentaires.

Avec tous les outils techniques actuels - site, blogs, powerpoints - une association est tenue de communiquer en interne, et vers l’extérieur en publiant régulièrement des lettres de communication, en organisant des opérations avec les média, ou par ses interventions lors de colloques.

Comme toute entreprise humaine, est particulièrement en notre siècle chahuté, une association peut mourir. Il faut assurer relais et succession.

Mais l’association, au service d’une mission, est aussi - surtout ? - un espace de liberté et de démocratie.

Créée par la loi de 1901, l’association fonde une personnalité morale indépendante de l’Etat. Le service public qu’elle rend lui confère un rôle pédagogiquepermanent et essentiel vis -à -vis de son réseau, de ses partenaires et du grand public.

Les associations sont des espaces de liberté et de démocratie chèrement gagnés. Nous vivons dans un des pays les plus libres de la planète. Sans en prendre réellement conscience, nous respirons chaque jour la démocratie à pleins poumons. Mais il ne suffit plus de jeter son bulletin dans l’urne pour que perdure ce privilège exceptionnel. C’est à chacun de nous de veiller quotidiennement, activement, inlassablement au respect de la démocratie.

Chacune tournée vers sa mission propre, les associations, politiquement indépendantes, font partie des rouages non gouvernementaux garants de la survie de la démocratie.

Nous entendons demeurer les asticots qui remuent la terre pour qu’elle respire et les institutions pour qu’elles évoluent.

Anne Dunoyer de Segonzac
Déléguée générale

Télécharger la lettre complète