Et si partager était le souhait de tous ?

Lettre nº 19

Et si partager était le souhait de tous ?

Entre une nécessaire décroissance et l’exclusion qu’elle engendre, y a-t-il autre chose que le partage ? Alors partageons cet éditorial.

« Un peu de temps contre un sourire, une ouverture sur la réalité de l’hôpital contre une ouverture sur le monde. »
Quentin, en stage de formation humaine.

« Dans un orchestre de jazz comme à «L’enfant@l’hôpital», la réussite tient finalement au partage intelligent des forces créatrices. Notre mission dans l’association est bien de trouver le fond musical juste pour aider les enfants hospitalisés ou défavorisés à improviser. »
Antonio Roman, également en stage de formation humaine.

« Pendant les ateliers, les enfants ou adolescents hospitalisés partagent leurs maux, transfigurés par leurs mots, et se sentent plus légers. »
Sabine Bossuet, responsable d’ateliers d’écriture à l’hôpital de Strasbourg.

Quels intérêts communs peuvent bien avoir des navigateurs, partis quinze mois de Brest à Ushuaia, un enfant hospitalisé dans un service psychiatrique, une jeune anorexique, le site Eurosolidaire.com, un élève polytechnicien, une enseignante de français-latin, un chercheur en mathématiques… ? Le plaisir pour chacun d’aller librement au bout de son talent au sein d’un réseau solidaire lié à d’autres réseaux solidaires. Chacun y trouve son compte. Les enfants malades, bien sûr, grisés par le vent du large. Les voyageurs, parfois en danger, qui souffrent de solitude. Ils attendent impatiemment les questions des enfants. Les savants, heureux de transmettre avec des mots simples ce qu’ils aiment du patrimoine de l’art, de la science, des langues… Les volontaires, les stagiaires et les bénévoles, qui, au chevet des enfants, mettent à profit leurs compétences techniques et leurs qualités humaines. Les entreprises enfin, soucieuses d’un mécénat cohérent qui vienne en appui à des actions innovantes dans le domaine de l’éducation.

« Pour qu’un enfant grandisse il faut tout un village » dit le proverbe africain. Solidaire pour vaincre la solitude de l’enfant en voie d’exclusion et développer la soif d’apprendre, fidèle aussi à la gratuité originelle de l’Internet, le village de l’association «L’enfant@l’hôpital» reste irréductible.
Anne Dunoyer de Segonzac - Déléguée générale

Télécharger la lettre complète